Actualités, Economie, Europe, Général, Social

Adresse au président de la République – Le sursaut, c’est maintenant !

dimanche 30 mars 2014

Monsieur le Président,

La  défaite est sévère. Son ampleur, son impact sur tout le territoire en dépit du travail de qualité des élus locaux, témoigne d’une volonté des électeurs de gauche de sanctionner les choix politiques engagés depuis le début du quinquennat.

Ce soir, c’est toute la gauche qui est pénalisée. Mais plus que nos partenaires écologistes ou communistes, ce sont les candidats socialistes qui subissent le plus durement le désaveu des urnes.

L’exécutif ne peut rester sourd au message des électeurs. Rien ne serait pire que de relativiser la gravité de la défaite. Rien ne serait plus dangereux que de se tromper dans l’analyse des causes de celle-ci. Le problème n’est pas « méthodologique », il est politique. Le sujet central n’est pas la demande d’autorité, il est le refus de l’austérité. Il ne s’agit pas d’ « envoyer des signaux de gauche » à notre électorat, il faut changer de cap.

 

Monsieur le Président,

Vous aviez fait du « redressement dans la justice » le mot d’ordre de votre campagne présidentielle. A juste titre, vous aviez pointé la responsabilité historique du monde de la finance dans les difficultés que traversent notre pays et notre continent. Vous aviez porté haut et fort l’exigence d’une réorientation de la construction européenne, en dénonçant le caractère néfaste des politiques d’austérité. Vous aviez rappelé avec force que « l’âme de la France, c’est l’égalité ».

Deux ans après, cette analyse nous paraît toujours aussi pertinente. Force est de constater que, parfois, les actes ont démenti les paroles. Certes, des réformes salutaires ont été entreprises. Certes, personne ne méconnaît la gravité de la crise et le lourd bilan laissé par Nicolas Sarkozy. Certes, l’éradication du chômage de masse requiert du temps et de la constance. Mais, comme nous le faisons inlassablement depuis des mois, nous vous exhortons à changer de cap.

Augmentation de la fiscalité indirecte, flexibilisation du marché du travail, réduction à marche forcée des déficits publics, baisse massive du coût du travail : nous ne contestons pas seulement ces solutions parce qu’elles risquent de fragiliser notre modèle social et nos services publics, nous les contestons parce qu’elles s’avèrent inefficaces pour relancer l’activité économique!

Comme vous, nous pensons que les Français attendent avant tout des résultats en matière d’emploi. Comme vous, nous pensons que nous serons jugés sur notre capacité à améliorer concrètement les conditions d’existence du plus grand nombre.

Aujourd’hui, c’est le pragmatisme qui impose d’être audacieux !

Parce que la chance sourit aux audacieux, parce que la France n’est jamais aussi grande que dans le sursaut, il est possible de démentir les résignés, les fatalistes et les pessimistes. Il n’y a pas qu’une seule politique possible.

Pour réussir une nouvelle étape du quinquennat, il faut remplir trois conditions.

 

1) A l’échelon européen, il est temps de desserrer l’étau des contraintes du pacte de stabilité. Concrètement, il s’agit dès demain d’engager le rapport de force avec la Commission en lui notifiant non seulement  l’impossibilité, mais surtout le refus respecter dans les délais les critères de déficit restrictifs qu’elle nous assigne. La réduction à marche forcée des déficits publics érigée en dogme est absurde en période de croissance atone, alors que c’est précisément l’investissement, et singulièrement l’investissement public qui soutient l’activité. L’austérité conduit l’Europe vers l’abîme tant elle réduit les protections de ses citoyens sans aboutir à un autre résultat qu’un dumping social qui ne dit pas son nom.  La politique monétaire est aujourd’hui plus un handicap qu’un atout, le libre-échange généralisé nous affaiblit. Les Français se moquent d’être présentés comme les mauvais élèves de l’Europe libérale. Au contraire, ils plébisciteraient un gouvernement qui se donne comme objectif d’être l’acteur déterminé de la réorientation du projet européen. Proposer un autre chemin pour l’Europe, jeter les bases d’une coalition progressiste contre l’austérité, voilà une façon de « réenchanter le rêve français »

2) Sur le plan intérieur, le temps est venu d’un tournant économique majeur. Plutôt qu’à la « politique de l’offre » et qu’aux coupes massives dans les dépenses publiques, la priorité doit revenir à la croissance, à l’emploi, au redressement productif. A l’évidence, la transition écologique doit en  être le  fil conducteur.

Le pacte de responsabilité est mort-né. Prenons acte de la position intransigeante du MEDEF qui refuse toute contrepartie pour le monde du travail.  Désormais minoritaire chez les syndicats de salariés, extrêmement coûteux pour les finances publiques, le « pacte » n’est pas aujourd’hui le « grand compromis social » que vous aviez souhaité.

N’ayons pas peur d’abandonner cette voie.  La mobilisation générale pour l’emploi passe par la relance de l’investissement public et par celle de la consommation.

Car il est urgent d’agir pour le pouvoir d’achat. La réforme fiscale est évidemment un outil pour améliorer le quotidien des Français les plus modestes. Mais l’augmentation substantielle du SMIC lors de sa revalorisation annuelle, le dégel des salaires des fonctionnaires, la revalorisation des petites retraites nous paraissent tout aussi nécessaires

3) De même qu’il n’y aura pas de redressement sans justice, il n’y aura pas de réussite de la gauche si elle ne parvient pas à se rassembler.

Le changement ne peut devenir une réalité sans la prise en compte des aspirations de la majorité sociale à laquelle nous devons notre majorité politique acquise en 2012. Pour le traduire en actes, la gauche ne réussira qu’avec un nouveau pacte majoritaire qui rassemble au service de la France toutes celles et tous ceux qui ont contribué à la défaite de la droite lors de la dernière campagne présidentielle.

Mais au-delà de la gauche, c’est au profond malaise qui traverse notre pays qu’il faut aujourd’hui répondre. Comme à chaque période décisive de son histoire, la France peut retrouver le meilleur d’elle-même en s’inspirant des principes qui font la force et la singularité de son modèle républicain. Respect de la souveraineté populaire, défense de notre modèle social, promotion de l’égalité : en cette « année Jaurès », la République sociale reste un projet fédérateur. Ce projet, il vous appartient de le faire vivre.

Nous espérons que vous aurez compris cette adresse comme  une contribution franche et constructive, tournée vers un seul objectif : la réussite de votre quinquennat, celle de la gauche, celle de la France.

Pour Maintenant la Gauche

Emmanuel Maurel

Marie-Noëlle Lienemann

Jérôme Guedj

Paul Quilès, ancien ministre, et les membres du Bureau national du PS : Julien Dray, Anne Ferreira, Gérard Filoche, Marianne Louis, Jonathan Munoz, Jean-François Thomas

If you enjoyed this post, please consider leaving a comment or subscribing to the RSS feed to have future articles delivered to your feed reader.

7 réactions

  1. CARRE dit :

    Merci!
    Vous avez économiquement et politiquement raison. La base militante est majoritairement derrière vous. Continuez! Continuez! Continuez!

  2. Jérôme Lambert dit :

    Je suis globalement d’accord !
    Il faut changer de politique avant que la crise ne détruise tout et laisse prospérer les extrémismes sur le champ de ruine du chômage.

  3. Gruff dit :

    Et la thématique « Sécurité » ?
    A l’heure ou l’on voit les délinquants patiemment traqués par la Police être relâchés en moins de 24 hrs ou ne jamais exécuter les peines auxquelles ils sont condamnés et ou l’ensemble des citoyens est confronté à une délinquance de plus impunie ?

    Par ailleurs, ce boycott des élections locales est d’abord celui d’une classe moyenne appauvrie par les taxes et la hausse des impôts directs et indirects à qui on demande en plus de financer un assistanat toujours plus inégalitaire.

    Faudra t-il que le FN conquiert 90 % des territoires pour le comprendre ?

  4. Mmes et MM. les socialistes de gauche,
    Merci pour cette lettre réclamant une réorientation de la politique gouvernementale. Si je puis me permettre une suggestion, ce serait de réclamer une mesure concrète qui symboliserait le changement de cap du gouvernement socialiste. Cette mesure, c’est le refus d’agrément de l’accord sur l’assurance chômage signé le 21 mars au MEDEF. C’est un accord signé dans des conditions scandaleuses et qui voit une nouvelle fois les droits des chômeurs gravement attaqués. En ce qui concerne les intermittents, un appel est notamment lancé par la CGT et par le comité de suivi de l’assemblée nationale car, contrairement à ce que les effets d’annonce ont laissé penser, les annexes 8 et 10 sont touchées :
    http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=6904
    Les intérimaires sont également touchés par cet accord. Ils verront leurs indemnités chômage diminuer jusqu’à 30 %.
    Nous vous demandons donc d’intercéder auprès de Michel Sapin ou son successeur pour que l’accord ne soit pas agréé.
    Merci pour votre action.
    Cordialement
    Michel Ducrot

  5. Vray Martellière Micheline dit :

    ce n’est pas avec Manuel Vals qu’on ira dans ce sens!

  6. […] Originally posted at Maintenant la Gauche here, with this translation is thanks to Tom Gill of Revolting Europe. […]

  7. […] le communiqué « pour un Parti Socialiste libre » ainsi  que notre adresse au Président, qui a permis d’amorcer  le Communiqué des initiateurs de l’appel des parlementaires […]

Réagir