Dans les départements, tribunes, Vie du parti

Anne Gérard – adjointe au Maire de Poitiers, déléguée à la Culture

vendredi 21 septembre 2012

Soutenir une motion pour le congrès du Parti Socialiste, c’est le faire vivre en rendant possible le débat ; c’est construire l’avenir, en sachant que même si l’on est au gouvernement, même si l’on est fier de toutes ces victoires gagnées à la force des convictions et du désir du changement, il ne faut rien lâcher car beaucoup reste à faire et nos opposants sont capables de tout. Nous sommes le baromètre et, à partir du terrain, élus, militants, dans un dialogue continu, nous voulons agir sur la réalité et aider nos camarades à la tête de l’État, à être toujours en prise avec les citoyens.

 

Il y a des moments où l’on fait des choix. Soutenir Maintenant la gauche, c’est être fidèle à mes convictions depuis mon entrée au Parti socialiste, en 2001 ; soutenir Maintenant la gauche, c’est penser que cette Europe sociale sur laquelle j’ai construit mon engagement politique, est un combat qui ne mérite aucun renoncement ; soutenir Maintenant la gauche, c’est considérer que 3 millions de chômeurs, c’est intolérable dans un pays comme le nôtre.

 

Je pourrais aligner les arguments mais ce qui compte pour moi aujourd’hui, c’est d’exprimer combien les notions de solidarité et de justice sociale, ne doivent pas être de vains mots.

Je refuse de laisser le désarroi s’installer face à la crise économique et pour cela je soutiens une motion utile, alternative et de combat, celle qui a osé mettre à sa tête un responsable qui a pour lui d’être jeune, clairement de gauche et d’avoir des idées. Le renouvellement, c’est maintenant. La gauche, c’est maintenant.

If you enjoyed this post, please consider leaving a comment or subscribing to the RSS feed to have future articles delivered to your feed reader.

1 réaction

  1. Lilya dit :

    salut ! Tu es donc sans doute e9galement oppose9 aux taxes sur les autres cbtuaranrs en particulier l’essence qui elles touchent bien plus au pouvoir d’achat du citoyen europe9en ? Les taxes repre9sentent pour moi un moyen de corriger les de9fauts du marche9, ou de prendre en compte des facteurs qui e9chappent e0 sa logique. C’est le cas de l’environnement, qui n’est pas du tout pris en compte dans la logique e9conomique. Mais dans le cas des transports, le syste8me de taxe actuel n’est ni cohe9rent ni efficient, puisqu’il favorise le moyen de transport le plus polluant. Cette distorsion doit eatre corrige9e, et cela passe obligatoirement par une taxe sur le ke9rose8ne. En effet, il est bien joli de vouloir subventionner le train, mais les fonds doivent bien venir de quelque part. J’abonde dans l’ide9e qu’une re9forme du transport ferroviaire est ne9cessaire, que tout doit eatre entrepris pour le rendre plus compe9titif, mais il faut pour e7a re9tablir l’e9quilibre en mettant le ke9rose8ne au moins au meame niveau de taxe que les autres cbtuaranrs. Le voyage en avion est un produit de luxe, la de9bauche d’e9nergie qu’il suppose et les cofbts importants pour l’environnement qu’il impose, impliquent que son cofbt doit eatre important. Le juste prix que je prf4ne pour les transports de manie8re ge9ne9rale passe obligatoirement par une augmentation des cofbts de transports, qui sont comple8tement sous-estime9 dans la configuration actuelle. Cela conduirait bien sfbr dans une certaine mesure e0 une diminution du niveau de vie ou du pouvoir d’achat, mais je l’espe8re surtout, e0 une re9-organisation ne9cessaire de nos socie9te9s.

Réagir