Dans les départements, Economie, Presse, Social, Vie du parti

Dans La Charente Libre : « de Ruelle, Emmanuel Maurel demande le retrait de la loi El Khomri »

mercredi 2 mars 2016

leurodepute-emmanuel-maurel-hier-soir-au-siege-du-ps-a-angouleme-photo-b-cIl est venu leur parler de son bilan au Parlement européen. Mais c’est bien aussi – et peut-être surtout – sur des questions de politique nationale que les militants du PS charentais attendaient hier soir l’eurodéputé Emmanuel Maurel à Ruelle (1).

Difficile en effet de ne pas interroger ce pilier de l’aile gauche du parti sur l’état général d’une majorité présidentielle pétrie, dit-il, de « questions existentielles« .

D’autant que le parlementaire qui manqua d’installer sa permanence à la fédération du PS à Angoulême ne mâche pas ses mots. « La déchéance de nationalité et la loi El Khomri plongent les militants, élus, cadres, en somme le parti profond, en plein désarroi, alors que jusqu’ici cette réaction restait traditionnellement cantonnée aux frondeurs et à l’aile gauche. »

« Même les légitimistes sont troublés, poursuit Emmanuel Maurel. La déchéance a créé chez nous de graves interrogations: il y a cinq ans, nous n’avions pas de mots assez durs pour la dénoncer, François Hollande en tête. Et maintenant c’est nous qui le faisons ? Même si le contexte a changé, la pilule est dure à avaler.« 

Le report, de quinze jours, de la présentation de la très décriée loi du travail de Myriam El Khomri est pour l’eurodéputé « un premier signe évident que la majorité ne suit plus. Et puis tout le paysage syndical est vent debout, j’en appelle tout simplement au retrait de cette loi. » L’alternative ? « On remet l’ouvrage sur le métier et on rediscute. Mais pas seulement avec les organisations patronales !« 

(1) Membre influent de l’aile gauche du PS, Emmanuel Maurel est déjà venu quatre fois en Charente. Depuis 2014, il est eurodéputé de la circonscription Ouest qui s’étend de la presqu’île de Crozon à la Haute-Saintonge.

Avant Ruelle, il visitait hier le studio d’animation 2 Minutes et l’entreprise Easy Driver, à Angoulême. Il devait aussi évoquer le Traité de libre-échange transatlantique entre l’Europe et les États-Unis (Tafta) avec les élus de l’agglo.

If you enjoyed this post, please consider leaving a comment or subscribing to the RSS feed to have future articles delivered to your feed reader.

Réagir