Dans les départements, Economie, Presse, Social, Vie du parti

Dans les DNA : « Marie-Noëlle Lienemann veut changer de système » – samedi 23 avril 2016

dimanche 24 avril 2016

Lienemann prend le train des primaires

La sénatrice socialiste Marie-Noëlle Lienemann était aux Catherinettes à Colmar jeudi soir pour débattre avec les militants des perspectives à gauche, à un an de la présidentielle. La réunion publique de l’ancienne ministre a failli faire les frais d’un problème technique sur la LGV Est, qui a retardé plusieurs trains Paris-Strasbourg. Elle est arrivée in extremis à la gare à 19 h 52 pour une réunion qui démarrait à 20h. Devant un petit groupe de militants colmariens et mulhousiens, elle a appelé les troupes de gauche à « ne pas se laisser gagner par un sentiment de fatalité ». « Nous devons continuer de revendiquer des primaires de la gauche, qui permettraient un véritable débat politique autour de l’inventaire de l’action gouvernementale depuis juin 2012 et de tracer de nouvelles perspectives sur la base d’une identité républicaine et sociale retrouvée », a notamment plaidé la sénatrice frondeuse, qui sera candidate si primaires il y a.

MNL_DNA_23-04-2016

If you enjoyed this post, please consider leaving a comment or subscribing to the RSS feed to have future articles delivered to your feed reader.

1 réaction

  1. claude41 dit :

    Pourquoi continuer à s’imaginer que l’UE soit utile à la France.
    L’UE n’est rien d’autre qu’une dictature, où ts les pouvoirs sont entre les mains de la Commission Européenne, commission dans laquelle les participants se cooptent entre-eux et à condition d’être dans le droit fil de la philosophie de l’UE, c’est à dire : une politique ultra-libérale type 19e siècle.
    Les grandes décisions sont prise sans l’approbation des peuple et surtout sans en avoir été informé, instruit et en connaitre les conséquences.(voir l’accord avec le Canada)
    Je ne comprends pas que les politiques continuent à vouloir collaborer avec cette institution, mortifère pour la France, qui à termes va totalement détruire son industrie et son économie en la soumettant à une concurrence mondiale déloyale, insensée qui fait travailler femmes et enfants dans le tier-monde (Inde, Thaïlande, Bengla desh, etc…)dans des conditions sociale où le travail du 19e siècle s’apparenterait à un séjour au Club Med. Les traités TFUE et TUE empêchent tout changement, puisqu’ils demandent l’unanimité des 28 pays pour modifier le moindre texte. Chose impossible, les intérêts des différents pays étant contradictoires.
    Ce n’est pas changer les choses qu’il soit nécessaire, c’est quitter cette galère qu’est l’Union Européenne, quitte à demander aux peuples et respecter leur choix.

Réagir