Dans les départements, tribunes, Vie du parti

Fleur Skrivan – Conseillère municipale d’Aix en Provence, soutient la motion 3

jeudi 27 septembre 2012

Les beaux succès électoraux, présidentielle et législatives, du printemps dernier, et les attentes et espérances légitimes qu’ils ont suscités chez nombre de nos concitoyens obligent la gauche, et singulièrement le Parti socialiste, à être à la hauteur des enjeux !

Ne pas renoncer, ne pas se résigner, faire ce que l’on a dit que l’on ferait : c’est une exigence politique. L’exprimer, c’est affirmer notre soutien au gouvernement et notre volonté de le voir réussir.

Dans ce contexte, le Parti socialiste doit être un aiguillon. Pour cela, le débat doit pouvoir s’y exprimer pleinement…et il n’est pas de meilleur moment que celui du congrès.

Signataire de la contribution « Socialistes, altermondialistes, écologistes – UTOPIA », c’est donc avec enthousisme et conviction, que j’ai fait le choix de la motion 3 « Maintenant la gauche ! « , qui réalise la synthèse indispensable à mes yeux entre le social et l’écologie, entre les réponses à l’urgence et l’appréhension du long terme.

C’est par cette approche que nous pourrons incarner durablement le changement et proposer une société plus juste et plus écologique. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons reconquérir les abstentionnistes, réinvestir les quartiers populaires et les zones péri-urbaines, que l’on ne peut se résigner à abandonner aux discours simplistes de l’extrême-droite ou à l’indifférence du fatalisme social. Elue et militante dans le département des Bouches-du-Rhône, agir en ce sens est pour moi un impératif.

Dans ce combat, chacun -gouvernement, parlement, parti- a son rôle, son utilité. C’est pour cela que le congrès de Toulouse ne peut pas être un rendez-vous manqué. C’est pour cela qu’il faut faire vivre le débat. C’est pour cela que la recherche d’unité ne peut pas conduire à l’unanimisme. C’est pour tout cela que je vote et que j’appelle à voter pour la motion 3 « Maintenant la gauche ! Le social au coeur, l’écologie en avant ».

Fleur Skrivan

Conseillère municipale d’Aix-en-Provence

Porte parole PACA de la motion 3

 

If you enjoyed this post, please consider leaving a comment or subscribing to the RSS feed to have future articles delivered to your feed reader.

2 réactions

  1. SILVESTRE dit :

    Il s’agit que nous le PS soyons le relai entre le peuple de France et le gouvernement , que nous fassions remonter vers ceux la qui nous dirigent, et que nous avons elues , les souhaits les revendications ansi que la perceptions que le peuple souverain a des decisions qui ont ete prises . Je me souviens de l’idée de Segolene « la democratie participative  » .Je crois fermement qu’il faut que notre parti utilise cette idee et la mene a execution : ce n’est pas du populisme c’est du bon sens . Enfin vis à vis de ceux qui ont amenes la situation economique catastophique du pays nous devons avoir ni etats d’ame ni concessions , nous devons agir meme a la marge des reglements communautaires qui ont ete conçu par la droite liberale

  2. Iim dit :

    Ton point de vue a donc le me9rite d’eatre cohe9rent, mais il a le de9faut d’eatre irresponsable. Les taxes e9cologiques aumgentent le cofbt de la vie, c’est un fait, et c’est surtout tant mieux puisque c’est le but recherche9! La particularite9 des taxes e9cologiques (mais aussi par exemple de la taxe sur le tabac), contrairement e0 d’autres taxes dont l’unique but est de de9gager un revenu pour l’e9tat, est que le but premier est de faire monter le prix d’un bien particulier, le transport, respectivement la cigarette, dans le but d’inciter les gens e0 en consommer moins. Si une taxe e9cologique n’a pas d’effet sur le porte-monnaie du citoyen, c’est qu’elle n’atteint pas l’objectif recherche9. Et taxer le ke9rose8ne c’est bien moins toucher au pouvoir d’achat de la classe moyenne que de taxer l’essence, dont il est beaucoup plus difficile de se passer. Il faut se rendre compte que le mode de vie occidental actuel n’est pas viable e0 long terme, et que nous consommons une e9nergie non-renouvelable, le pe9trole, pour laquelle nous n’avons pas encore trouver de substitut (cela fera l’objet d’un prochain article). Ensuite, bien sfbr que les pre9occupations environnementales sont tre8s peu pre9sentes dans les pays e9mergents, et il va de soit qu’il faut tout entreprendre pour faire en sorte que le de9veloppement de ces pays se fassent de la manie8re la plus propre. Mais il est d’abord faux de dire que nos possibilite9s d’actions sont insignifiantes alors que l’occident reste de un des plus grand consommateur d’e9nergie, et devance de loin les pays e9mergents lorsque l’on s’inte9resse e0 la consommation d’e9nergie par habitant (un Ame9ricain consomme plus de quatre fois plus d’e9nergie qu’un Chinois). Il serait ensuite un peu gonfle9 d’interdire aux pays e9mergents un de9veloppement industriel, e9tape par laquelle nous venons de passer. Il est enfin irresponsable d’utiliser la consommation d’e9nergie de plus en plus importante des pays e9mergents comme pre9texte pour ne rien faire en Occident!

Réagir