Dans les départements

Le PS Paris prend position à l’initiative de MLG contre la nomination de Jacques Toubon

mercredi 18 juin 2014

Sur proposition de Maintenant la gauche, motion 3 du Parti Socialiste portée par Emmanuel Maurel, Marie-Noëlle Lienemann et Jérôme Guedj, le Conseil fédéral du PS 75 a adopté ce soir à l’unanimité le texte suivant :

 

 

Motion proposée au Conseil fédéral du PS Paris

par les représentants de la motion 3 « Maintenant la gauche »

                                                                                                Paris, le 18 juin 2014

 

La Fédération de Paris du Parti socialiste a pris connaissance du communiqué du 11 juin dernier, dans lequel le Président de la République envisage de nommer Jacques Toubon aux fonctions de Défenseur des droits.

Le Conseil fédéral réuni ce jour demande au Président de la République de proposer une autre personnalité, dont le parcours manifeste l’impartialité et le souci de l’égalité des droits et de la lutte contre les discriminations.

En effet, cette autorité administrative indépendante et constitutionnelle veille au respect des droits et des libertés, à la promotion de l’égalité et au respect de la déontologie des activités de sécurité.

Or, l’ancien député et ancien maire RPR du 13ème arrondissement de Paris s’était opposé à plusieurs réformes majeures de François Mitterrand, notamment l’abolition de la peine de mort et la dépénalisation de l’homosexualité.

Lorsqu’il était ministre de la Justice, il avait reconnu en 1996 qu’un hélicoptère avait bien été envoyé dans l’Himalaya, à la recherche du procureur de l’Essonne, dont l’adjoint venait d’ouvrir une information judiciaire contre Xavière Tiberi.

Le Conseil fédéral partage d’ailleurs les réserves du Premier secrétaire du Parti socialiste : «M. Toubon, dans le domaine du respect des droits, a quelques lettres de noblesse, que ce soit sur les femmes sur l’IVG ou les prises de positions qu’il avait développées lorsqu’il était ministre de la Justice».

Si le Président de la République persistait dans ce choix, le Conseil fédéral demanderait aux parlementaires socialistes, appelés à se prononcer dans les commissions des lois du Sénat et de l’Assemblée nationale, à refuser cette nomination.

If you enjoyed this post, please consider leaving a comment or subscribing to the RSS feed to have future articles delivered to your feed reader.

1 réaction

  1. […] fédération, ainsi que de plusieurs autres dans le pays qui se sont prononcées dans le même sens, pour faire entendre la voix des militants qui souhaitent d’avantage de cohérence […]

Réagir