Europe, Le point sur..., Notes et arguments

l’évolution de la situation politique en Allemagne

jeudi 4 février 2016

Est-ce le réveil de la bête immonde ?

L’opinion allemande est passée en 9 mois de conservatrice sociale à nationaliste chauvine.

Alternativ für Deutschland (AfD), dont la présidente demande ce mardi que les douaniers tirent sur les femmes et enfants réfugiés à la frontière, est désormais dans les sondages troisième parti d’Allemagne à 12,5%.
Aux élections de septembre 2013 (colonne de droite en gris dans le tableau ci-dessous), l’AfD avait manqué de peu l’entrée au parlement à 4,7% avec un programme populiste anti-euro et hellénophobe. Depuis, il s’est radicalisé, a viré son fondateur trop « modéré » et mène une campagne anti-réfugiés.

Les évènements de Cologne et l’indifférence face aux violences xénophobes ont fait le reste.

Le rapport gauche droite reste stable à 43/57. Le SPD s’effrite, l’opposition de gauche progresse légèrement. C’est donc bien l’électorat de droite qui se radicalise.

Les élections de Mars et Mai vont sans doute changer le visage de la démocratie parlementaire régionale. L’AfD est en effet concentrée sur une politique de provocations pour obtenir couverture médiatique et résonance au delà de son influence réelle.

Mathieu Pouydesseau
mandataire AGPG de la fédération des Français de l’étranger

12440677_10207117288262883_8953589841613803086_o

If you enjoyed this post, please consider leaving a comment or subscribing to the RSS feed to have future articles delivered to your feed reader.

2 réactions

  1. nous y voila….presque !
    que tous ceux qui appellaient a accueillir à bras ouverts les migrants quelqu’en soit la cause plutot que agir pour les fixer dans les pays périphériques des conflits commencent a faire leur mea culpa et examen de conscience …..et ce mouvement de rejet ne fait que commencer et va effectivement faire monter le courant patriotes et nationalistes !!!!!!!! faut arreter de faire dans l’angélisme et le bisousnoursisme !!!!

  2. Mathieu Pouydesseau dit :

    Je ne suis pas d’accord.
    L’angélisme est à l’égard de plus de 800 agressions racistes contre des centres d’accueil, au cocktail molotov, à la carabine, c’est celui qui laisse en liberté 400 condamnés pour violence racistes – certains plusieurs fois – pour cause de manque de prisons.
    Le « rejet » est instrumentalise politiquement. En quoi faudrait il lui donner raison? Est ce que les juifs étaient la cause de la montée du nazisme?
    La question fondamentale reste celle de la solidarité.
    Sommes nous des sociétés solidaires? Ou des sociétés parcellaires, divisées, où la violence l’emporte sur le droit?
    Est-ce que l’Union Européenne doit être une Union solidaire, ou une chambre de résolutions des conflits entre Nations en competition?
    Rien de bisounours là dedans: la bataille pour le droit et la démocratie n’a jamais été une bataille de bisounours.

Réagir