Actualités, Economie, Social, Vidéos

Marie-Noëlle Lienemann devant les universités d’été du MEDEF le 31 août 2016

dimanche 4 septembre 2016

Marie-Noëlle était invitée mercredi 31 août 2016 en fin d’après-midi à intervenir comme candidate à la présidence de la République devant l’université d’été du MEDEF. Il ne s’agissait pas de rechercher l’onction de Pierre Gattaz, mais bien de confronter un public qui n’y est pas habitué à un projet économique alternatif aux politiques libérales qui échouent depuis si longtemps. Cela change de ceux qui à gauche sont allés trop souvent devant le MEDEF pour lui déclamer ce qu’il voulait entendre.

L’exercice n’était pas facile, mais il fallait relever le défi. Présenter aux patrons une alternative économique et sociale crédible qui permette au pays de se redresser, au chômage de reculer et aux français, en particulier les plus modestes, de vivre mieux. Elle a donc présenté ma proposition de relance de l’activité, une relance écologique et sociale… Inutile de dire que sa vision plutôt « Keynésienne » n’était pas une des plus attendues par la grande majorité de l’auditoire très acquis aux thèses libérales et assez rétifs aux hausses des salaires ! Mais certains sont venus lui dire qu’ils partageaient une large part de son analyse, en particulier lorsqu’elle insiste sur le fait que l’essentiel est bel est bien de pouvoir remplir le carnet de commande des entreprises, donc une demande soutenue et pérenne…

Elle a rappelé son exigence de suspension immédiate de deux directives : celle sur les travailleurs détachés et celle sur les aides d’État qui pénalise nos politiques industrielles, le soutien au service public et la mise en œuvre d’un small business act en France pour privilégier les achats de proximité. Elle a défendu ma stratégie d’ultimatum européen. Elle a réaffirmé qu’il était hors de question pour moi de remettre en cause le CDI, de soutenir la flexibilité et qu’elle comptait restaurer la hiérarchie des normes…

Elle a conclu en indiquant que notre république ne serait convaincante qu’en réduisant les inégalités, en promouvant la justice sociale, le respect des salariés et en reconnaissant leur rôle dans l’entreprise… La République sociale !

If you enjoyed this post, please consider leaving a comment or subscribing to the RSS feed to have future articles delivered to your feed reader.

Réagir