Actualités, Economie, Social, souveraineté populaire

Pas de majorité pour voter la loi El Khomri : le recours au 49.3 est un aveu de faiblesse politique et démocratique

mercredi 11 mai 2016

par Marie-Noëlle Lienemann

Depuis le début de la présentation du projet de loi travail, le gouvernement veut passer en force. Qu’importe la mobilisation sociale, qu’importe que ce texte soit minoritaire à gauche et que les trois quart des français le désapprouvent, qu’importe qu’il soit néfaste pour ceux que nous sommes censés défendre : les salariés, les précaires et les entreprises qui produisent et innovent en France.

Le recours au 49-3 témoigne d’un isolement politique et d’une incapacité du gouvernement à écouter et à rassembler. Comment parler sans cesse de démocratie sociale en bafouant à ce point la démocratie parlementaire ? Comment le gouvernement peut-il parler de réforme lorsqu’il s’agit de faire passer au forceps des régressions sociales ?

Certes, quelques reculs avaient pu être évités grâce à la mobilisation politique et sociale entre le texte initial et celui du rapporteur. Mais cette stratégie du moindre mal ne remet pas en cause le déséquilibre général de ce texte puisque des atteintes majeures à notre modèle social perdurent. Ce n’est pas parce que le gouvernement est parti du pire que ce texte de dérégulation deviendrait aujourd’hui acceptable.

L’entêtement du gouvernement, son refus du compromis et d’une révision radicale de ce texte peut trouver une explication – mais en aucun cas une excuse- dans les « recommandations de la commission européenne » – qui se présentent de plus en plus comme des impérieuses obligations- à la France pour 2016 : « Recommandation nº 6: faciliter, aux niveaux des entreprises et des branches, les dérogations aux dispositions juridiques générales, réformer la loi portant création des accords de maintien de l’emploi d’ici à la fin de 2015 en vue d’accroître leur utilisation par les entreprises…»

Rappelons que ces points sont ceux que les français contestent et il faut souligner la gravité des mesures prévues dans la loi travail et dont, pour bon nombre d’entre elles, des syndicats dits réformistes demandaient la suppression.

  • Avec ce texte, les licenciements économiques seraient hyper-facilités puisqu’une simple baisse sur plusieurs semaines du chiffre d’affaire permettrait de licencier, qu’importent les manipulations sur les résultats des entreprises.
  • Avec ce texte, les salariés pourront être contraints de travailler plus pour gagner moins : le principe de faveur disparaîtrait et leur contrat de travail ne les protégerait plus face à des accords d’entreprises moins favorables.
  • Les accords d’entreprises pourraient être demain moins favorables que les accords branche, c’est l’inversion de la fameuse hiérarchie des normes qui protégeaient jusque-là les salariés et les entreprises d’une même branche d’un dumping social vers le bas.
  • L’adoption de cette loi marquerait également la fin du transfert systématique des contrats de travail en cas de transfert d’entreprise : les salariés qui refuseraient la modification de leur contrat seraient licenciés.
  • Le fait de permettre à des syndicats minoritaires de déclencher des référendums pour appliquer un accord refusé par les syndicats majoritaires est une remise en cause de la démocratie sociale.

Dès le premier amendement sur le premier article de cette loi le gouvernement a, hier, du « réserver les votes » vu la faible mobilisation des parlementaires favorables à ce texte. Aujourd’hui, il décide le recours au 49.3 pour une seule raison : parce que ce texte n’est pas majoritaire au Parlement. Il est rejeté dans les profondeurs du pays comme dans celles du PS.

François Hollande, alors député, déclarait lors du CPE que l’utilisation du 49.3 était « une violation des droits du Parlement, une brutalité, un déni de démocratie ».

Alors qu’il s’agit d’un texte qui n’est en rien un engagement de campagne, qui suscite contre lui un fort mouvement social et qui recueille le rejet de trois quart des Français, le 49.3 est aujourd’hui, pour un texte social issu d’un gouvernement de gauche, une tache indélébile sur ce quinquennat. Le gouvernement doit revenir sur sa décision.

If you enjoyed this post, please consider leaving a comment or subscribing to the RSS feed to have future articles delivered to your feed reader.

Réagir