Economie, Le point sur..., Notes et arguments

Les politiques de l’emploi en Europe

vendredi 7 novembre 2014

La France, mouton noir de l’emploi en Europe ?

On a l’habitude d’opposer les modèles de régulation et de flexibilité qui président en Europe à l’horreur syndicale et réglementaire à laquelle la France serait soumise.

Or la réalité c’est qu’à moyen terme la performance de la France en terme d’emploi est comparable aux USA, à l’Allemagne et aux Pays-Bas ; elle pêche seulement sur sa capacité à rebondir depuis 2010 :

emploi_totalMais quel est le bilan comparé véritable lorsqu’on confronte la situation dégradée de l’emploi en France, les mini jobs allemands, les contrats « zéro heure » britanniques ou encore le développement des temps partiels ?

Lorsque l’on regarde le nombre d’heures de travail créées, la Allemagne et USA s’affaissent avant de remonter ; le Danemark s’effondre :

volume_horaire_totalLa France surclasse Allemagne et USA à cause de la forte proportion d’emplois de courte durée. Seule la Grande Bretagne et la Suède font mieux.

Cependant c’est la capacité à créer des heures de travail par personne en âge de travailler qui permet de mesurer la performance réelle de ces pays, dont les dynamiques démographiques sont radicalement différentes.

volume_horaire_total_population_activeLa France fait alors bonne figure surclassant Grande Bretagne, USA et Danemark, le paradis de la flexisécurité.

On nous opposera qu’il y a là sans doute un artifice produits par les emplois administrés ou subventionnés dans l’administration, l’action sociale, l’éducation ou la santé… Là encore, c’est une idée reçue, la France est largement surclassée en terme de progression des emplois dans ces secteurs par tous les autres pays sauf l’Italie.

progression_volume_travail_administreSi la France est un piètre élève en terme de chômage, elle est donc loin d’être le cancre habituellement décrit. Il n’est évidemment pas question pour nous de nous contenter de la situation actuelle et des solutions existent que nous avons prônées pour avancer, mais les modèles libéraux ou sociaux-libéraux en œuvre dans les autres pays occidentaux qu’on nous vante régulièrement ne donnent à l’évidence pas de résultats positifs et la France aurait donc tort de les transposer.

sources : Xerfi

If you enjoyed this post, please consider leaving a comment or subscribing to the RSS feed to have future articles delivered to your feed reader.

4 réactions

  1. morin gérard dit :

    bon job, cette analyse manquait
    j’aimerais aussi comparer les stts sur la réalité du coût du travail
    si possible par branche
    ex salaires dans l’automobile comparaison FR/ALL

  2. PERRIN dit :

    pourquoi ce chiffres ne sont ils pas publiés dans les quotidiens et commentés par nos « politiques » du gouvernement et autres!et mis sur la place publique?
    Où est l’information des citoyens par les grands médias qui se contentent de faire du HOLLANDE BASHING ET DU CATASTROPHISME!
    nous sommes loin d’être les derniers de la classe même si la situation actuelle n’est pas satisfaisante

  3. […] Une analyse qui montre bien que le modèle social-libéral de pays comme le Royaume-Uni ou l’Allemagne n’a rien à envier au modèle français en matière de chômage. Lire l’article […]

Réagir