Actualités, souveraineté populaire, tribunes, Vie du parti

PS : les ambiguïtés, ça suffit !

mardi 16 mai 2017
PartagerTweet about this on TwitterShare on Facebook0Google+0Share on LinkedIn0Email to someone

A la suite de l’élection d’Emmanuel Macron, les socialistes ont, dans leur grande majorité, souhaité que leur parti adopte une stratégie autonome adossée à une certaine cohérence programmatique.

Or voilà que depuis quelques jours plusieurs de ses responsables, anciens ministres et candidats, s’autoproclament membres d’une hypothétique « majorité présidentielle » sous prétexte qu’il faudrait être « utiles à la France ». Notre conviction, c’est que nous serons utiles au pays en restant de gauche et en assumant ce que nous sommes.

Car l’ambiguïté, et la confusion qui lui est consécutive, est proprement intenable. Elle n’est pas seulement inopérante pour conjurer la défaite, elle est aussi mortifère pour l’avenir non seulement du PS mais aussi de la Gauche.

A l’heure où la politique est décriée (et souvent injustement), où notre pays traverse une grave crise de défiance, nos concitoyens qui aspirent au changement sont en droit d’attendre de leurs dirigeants de la sincérité, du courage, de la constance dans les convictions.

Qui peut imaginer que les Français soient dupes et ne jugent pas avec dureté ce qui s’apparente à un « sauve qui peut » opportuniste ?

Car sur le fond, le projet, certes flou, du nouveau président, laisse peu de doute quant à ses orientations clairement libérales. Même les plus légitimistes d’entre nous, qui n’ont eu de cesse de vanter le bilan de François Hollande, peuvent constater que si le chef de l’Etat que souhaite prolonger les mesures les plus contestées qu’il avait d’ailleurs inspirées, il prétend surtout abandonner les dispositions les plus populaires, et les plus conformes à nos engagements de 2012, comme la généralisation du tiers payant, l’encadrement des loyers, la prise en compte de la pénibilité dans le calcul de la retraite. Est-ce vraiment ce que nous voulons ?

Nous cherchons vainement les engagements qui s’inscrivent dans un projet de gauche de gouvernement. Le programme présidentiel n’est pas « et de gauche, et de droite », mais bel et bien « et de droite, et de droite », comme en témoigne la nomination d’un premier ministre issu des rangs de LR.

Une réalité politique s’est toujours imposée : en général les électeurs préfèrent l’original à la copie ! C’est encore plus vrai sous la cinquième république. Ceux qui veulent soutenir le Président en lui donnant une majorité, préféreront les candidats qu’il aura adoubés.

Avant qu’il ne soit trop tard, nous sonnons l’alarme. Le Parti Socialiste ne peut plus laisser subsister une ambiguïté qui le conduira à la défaite, voire à la marginalité politique. Le PS n’a pas vocation à être le bagage accompagné d’En Marche !

Si tel n’était pas le cas, nous prendrions nos responsabilités pour faire vivre le message socialiste et travailler à l’indispensable rassemblement de la gauche. Les défis sont immenses : reconquête de l’électorat ouvrier, prise en compte des territoires oubliés, révolution écologique, refondation du modèle républicain, réorientation de la construction européenne, redistribution des richesses, des pouvoirs, des savoirs. Pourvu qu’ils le veuillent, les socialistes peuvent prendre toute leur part à cette ambitieuse rénovation.

Marie-Noëlle Lienemann, Sénatrice de Paris et membre du Bureau National

Emmanuel Maurel, Député Européen et membre du Bureau National

Jérôme Guedj, Conseiller Général de l’Essonne et membre du Bureau National

PartagerTweet about this on TwitterShare on Facebook0Google+0Share on LinkedIn0Email to someone
If you enjoyed this post, please consider leaving a comment or subscribing to the RSS feed to have future articles delivered to your feed reader.

7 réactions

  1. garcia dit :

    le PS est devenu un repoussoir en raison de la confusion avec la droite.Seule la france insoumise fait encore gauche.Il doit y avoir un moyen de faire cause commune.A vous d’essayer quelque chose de clair pour une fois.

  2. Heureuse et soulagée de lire enfin une réaction sous la signature de MN Lienemann,d’ Emmanuel Maurel et de Jérôme Guedj. Merci.
    Je suis atterrée par l’élection de Macron, par sa nomination d’un 1er ministre ouvertement « de Droite ».
    La Gauche était majoritaire avant les élections, elle l’est toujours, elle aurait dû gagner. Alors, pourquoi?
    Je suis d’accord avec votre texte. Pour moi, Emmanuel Macron c’est Monsieur « C.Q.F.D. ».
    L’ouvrier du bâtiment, qui a travaillé chez moi hier, un costaud qui s’était un peu blessé, peu bavard, m’a sorti d’une voix forte et ferme: « Avec Macron, le compte pénibilité disparaît! » Tout était dit.

  3. GERARD dit :

    En français s’il-vous-plaît, car « I am not enjoye ».
    Il eut fallu que nos responsables socialistes nationaux fassent vraiment campagne pour Benoît Hamon !

  4. J’ai eu beaucoup de sympathie pour votre engagement plus à gauche, mais aujourd’hui,je me demande ce qu’il vous faut de plus pour que la protestation que vous prononcez à juste titre vous amène à prendre une vraie décision. Depuis le temps que le PS ou du moins une partie du PS vire à droite, vous devriez avoir compris qu’il n’y a rien à espérer. Votre message me ferait rire si la situation n’était pas si lourde de dangers.
    Alors un vrai « front de gauche »??? ça vous tente?

  5. Martin rené dit :

    Je suis tout à fait d’accord ne nous laissons pas influencer par la jeunesse du président. Il faut redonner du caractère au PS

  6. […] cet appel avait été publié le mardi 16 mai 2017 sur le site de Maintenant la Gauche […]

  7. gozard dit :

    Peut-être parce que je suis une vieille dame, j’ai été enthousiasmée par le programme de Benoit Hamon : une vision de l’avenir plutôt que ces petits accommodements au jour le jour que nous subissons depuis des années. Une appréhension nouvelle, originale et audacieuse du changement. Et puis, pas que de la technique, une écoute réelle des gens, destinée à les libérer petit à petit des milliers de tracas qui rendent morose. Enfin, nous redonner le sourire et nous faire rêver. Mais, à ce que je comprends, non seulement le Ps n’a pas soutenu Hamon dans sa campagne, mais il laisse tomber ses meilleures idées.

Réagir

Song Image