Actualités, Ecologie, Economie, Europe, Notes et arguments, Presse, Social

TAFTA : reprise des négociations transatlantiques ce lundi – France Culture – 22 avril 2016

lundi 25 avril 2016

Le TAFTA a-t-il du plomb dans l’aile ? Un nouveau round de négociations se déroule dès lundi 25 avril à propos de ce traité de libre échange entre les Etats-Unis et l’Union Européenne. L’invité de France Culture le vendredi 22 avril à 22h00, à ce sujet, est l’eurodéputé PS Emmanuel Maurel. (à partir de 5 mn)

If you enjoyed this post, please consider leaving a comment or subscribing to the RSS feed to have future articles delivered to your feed reader.

1 réaction

  1. claude41 dit :

    Le TAFTA est un accord qui soumettrait tte l’économie européenne aux intérêts des multinationales, sinon aux industriels américains, qui ne respectent rien, sinon les aspects financiers au détriment de tt le reste.
    C’est bien pour cela qu’Obama, ne veut pas que les anglais quittent l’UE, les américains sont des requins sans foi ni lois, sinon la loi du cow-boy : tu me gène, je t’élimine, la place est pour moi, et avec des dents rayant les parquets de l’étage d’en-dessous.
    La solution la plus rationnelle et la plus intelligente serait de fuir cette arnaque qui ruinerait tte notre économie et notre industrie. Quant à notre agriculture, voyez ce qu’il se passe en Inde, avec Monsanto et ses produits phyto-sanitaires, avec suicides des paysans surendettés.
    Quant aux tribunaux privés qui ont été prévus, et qui remplaceraient nos tribunaux nationaux, tous comprennent qu’il s’agirait du remplacement d’une justice démocratique et indépendante à une justice nommée, dont on ne sait, pour les intérêts de qui elle exercera. Il n’y a qu’à voir les indemnités que perçoivent les multinationales dans le traité existant actuellement entre le Canada, le Mexique, et les US. Les sommes sont suffisantes pour vous passer l’envie, pour une autorité quelconque, d’agir à l’encontre de l’une des ces multinationales. Même pour des raisons sanitaires, si celles-ci, entrainent un abaissement sur retour sur investissement.
    Les américains à qui nous avons à faire, ne sont pas les mêmes que ceux qui sont venus nous libérer en débarquant sur les plages de Normandie, mais malheureusement ils arrivent directement de Wall Street, sans considérations pour les problèmes humains.
    J‘espère que les élites qui nous dirigent ne nous trahirons pas et défendront les intérêts du pays, et ne donneront pas l’impression d’avoir cédés à un lobiing quelconque.

Réagir