Dans les départements, tribunes, Vie du parti

Yvan Lubraneski : « Un parti ouvert et divers, producteur de pensée politique »

lundi 24 septembre 2012

Il y a tout juste un an, le parti s’ouvrait à des centaines de milliers de nos concitoyens à l’occasion des primaires. Aujourd’hui, il faudrait, à entendre nombre des dirigeants de notre formation politique, refermer le couvercle et éviter les débats.

C’est oublier qu’un congrès est l’élément structurant de la pensée politique, dans sa diversité, qu’un parti comme le nôtre doit produire, quelles que soient les circonstances.

C’est oublier que c’est là que nous devons retrouver le bouillonnement idéologique et les confrontations d’idées qui font notre richesse et notre force.

On ne peut dès lors admettre une sorte de confusion entre la politique nationale menée par le gouvernement et la vie démocratique du parti socialiste. Pourquoi confondre notre soutien de principe à l’action gouvernementale avec notre capacité à débattre démocratiquement au sein du parti socialiste ?

Nous avons tous porté François Hollande au pouvoir et bataillé pour lui assurer une majorité à l’assemblée. Dans ce temps-là, nous n’avons pas exacerbé nos différences, mais fait front uni dans cet objectif impérieux.

Le processus d’un congrès est tout de même bien différent ! C’est le moment de soutenir un texte d’orientation dont on estime être le plus proche possible.

Par ailleurs, les personnalités politiques n’ont jamais été plus déconnectées de ces enjeux qu’à l’occasion de ce congrès-là ! Il s’agit bien dès lors de rallier les arguments et les contenus qui fondent pour chacun d’entre nous notre engagement politique.

Immédiatement à mon esprit me viennent alors des lignes claires, fondant mon propre engagement. Je veux soutenir un texte qui défende une véritable politique tarifaire aux frontières de l’Europe fondée sur le respect des normes sociales et environnementales ;  je veux soutenir un texte qui demande la mise en place d’une grande réforme fiscale ayant pour méthode la progressivité, pour tout et partout ;  je veux soutenir un texte qui demande la création d’un service public de l’eau potable ;  je veux soutenir un texte qui demande la création d’un cadre législatif pour développer les entreprises coopératives ;  je veux soutenir un texte qui défende sans ambiguité le vote des étrangers non communautaires aux élections locales ;  je veux soutenir un texte qui propose de reconstruire et « resolidariser » notre système de santé en supprimant les franchises médicales et en finançant la solidarité avec équité et détermination ;  je veux soutenir un texte qui revendique le progrès démocratique, lequel passe par une profonde revalorisation du statut de l’élu, un strict non-cumul des mandats, un horizon constitutionnel : la 6ème République…

Je veux soutenir le texte de « Maintenant la gauche » qui me ressemble, simplement, parce que j’ai choisi de militer dans un parti où nous avons cette capacité à l’échange, au débat, et donc, dans le meilleur des cas, au progrès.

 

 

 

If you enjoyed this post, please consider leaving a comment or subscribing to the RSS feed to have future articles delivered to your feed reader.

1 réaction

  1. Jeny dit :

    Encore un petit tour que du bonheur.Du plsaiir,du jeu,libre de toute pression a nous le jeu total sans retenue aucune peur au ventre rien a faire de cette putain de pression malsaine du PLAISIR sur le terrain

Réagir