La RT 2020 sera-t-elle rebaptisée RT 2021 ?

Face à l’impact du bâtiment sur l’environnement, le gouvernement français a préalablement annoncé la mise en vigueur d’une nouvelle réglementation thermique ou encore réglementation énergétique (RE) 2020. Destinée à remplacer la précédente, elle concernait au prime abord les permis de construire déposés à partir du 1er janvier 2021. Cependant, à cause de la crise sanitaire, l’entrée en vigueur de cette réglementation a été reportée au 1er juillet 2021, puis une 2e fois à partir du 1er janvier 2022. On gardera donc le nom défini au départ, c’est-à-dire RT 2020 et non RT 2021.

Pourquoi la RE 2020 et pas la RT 2021

Après la 1re réglementation thermique RT 1974, mise en place après le premier choc pétrolier, il y a eu 5 autres, dont la réglementation thermique 2012 applicable depuis le 1er janvier 2013 jusqu’à ce jour. Les bâtiments neufs sont soumis aux règles de calculs Tb-BCE 2012 et donc à cette norme jusqu’à ce que la nouvelle qui sera la RE 2020 entre en vigueur. En effet, beaucoup commettent une erreur en pensant qu’il y a une réglementation par année, ce qui n’est pas le cas. Il s’agit d’un défaut de langage.

En outre, la nouvelle norme qui remplacera la précédente a été adoptée en 2020, d’où l’appellation RE 2020 (pour réglementation énergétique). Il est donc important en tant qu’entrepreneur, propriétaire ou maître d’ouvrage de prendre connaissance du contenu de cette norme.

Réglementation thermique : de quoi s’agit-il ?

Avant toute chose, il convient de comprendre ce qu’on entend par RT. Plusieurs réglementations thermiques ont été mises en place après le premier choc pétrolier en 1973. En effet, ce sont des normes de construction auxquelles doivent se conformer tous les bâtiments neufs, que ce soit des logements privés, des bâtiments publics ou des bureaux. Le but est de diminuer la consommation énergétique du secteur du bâtiment.

Pourquoi une réglementation thermique 2020 ?

En France, le secteur du bâtiment est le plus énergivore, surpassant ainsi le secteur de l’industrie et celui du transport. Malgré les performances de la RT 12, 44 % de la consommation énergétique, soit 25 %, des émissions de CO2 nationales proviennent de ce secteur. En effet, elle a comme objectif de limiter la consommation d’énergie à un maximum de 50 kilowatts-heures par m2.

Loin d’atteindre les chiffres fixés par le Grenelle de l’environnement de 2007, dont le but est de diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre en 2050 par rapport à 1990, une nouvelle réglementation s’impose. D’où la RE 2020 qui devra permettre d’accélérer ce processus et d’atteindre cet objectif ambitieux.

En quoi consiste la réglementation thermique RT 2020 ?

Encore appelée RE 2020, elle est une norme qui définit les nouveaux standards dans le domaine de la construction. Cette norme vise à mettre en place des bâtiments et logements appelés BEPOS (Bâtiment à Énergie Positive). Ces derniers doivent être à même de produire plus d’énergie qu’ils n’en consomment.

Selon cette réglementation, la grande majorité des foyers devra donc produire l’énergie nécessaire voire plus, pour répondre à ses besoins. Pour cela, elles devront respecter 3 normes importantes.

Une consommation de chauffage faible

De façon beaucoup plus précise, une consommation de chauffage inférieure à 12 kwhep/m²/an est requise pour les nouvelles constructions. Mais, la question qui se pose est de savoir comment atteindre une consommation de chauffage aussi faible, quand on sait qu’en France la consommation moyenne de chauffage des logements est actuellement de 110 kWh/m2/an.

Un immense défi à relever et qui passe par une isolation thermique très performante tant au froid qu’à la chaleur. Aussi, il faudra utiliser des matériaux comme la paille, le bois ou encore le verre cellulaire, très appréciés pour leur faible conductivité thermique.

Une réduction de sa consommation totale en énergie

La RT 2020 exige une consommation totale d’énergie primaire (eau chaude sanitaire, chauffage, éclairage et appareils électriques) inférieure à 100 kWh/m2/an pour les nouvelles constructions. Or, en 2018, la moyenne était de 210 kWhep/m2/an, soit plus du double de la consommation prévue par la nouvelle norme.

Il faudra donc mettre en place une meilleure isolation, mais aussi utiliser des appareils qui consomment peu d’énergie.

Une production d’énergie pour un bilan énergétique positif

Il s’agira ici de mettre en place un ou plusieurs dispositifs d’énergie renouvelable à intégrer au bâtiment. Des panneaux solaires photovoltaïques feront parfaitement l’affaire. La nouvelle réglementation thermique permettra donc de construire des bâtiments beaucoup plus écologiques.

L’obligation de respecter la nouvelle norme

Dès son entrée en vigueur, la RT 2020 sera obligatoire pour tous les bâtiments neufs. Toutefois, les bâtiments publics neufs sont déjà soumis à cette réglementation depuis 2018.

Notons qu’il est possible d’anticiper sa mise place en passant aux énergies renouvelables, gage d’un système de production d’électricité respectueux de l’environnement. On peut citer : l’AéroVoltaïque, les panneaux photovoltaïques, ou encore l’éolien. Il faudra aussi penser au renforcement de l’isolation du logement. Cela est possible grâce à l’installation un récupérateur d’eau de pluie, et au chauffage du logement à l’aide du chauffage au bois, de la géothermie, d’une pompe à chaleur, du chauffage solaire ou encore du chauffage thermodynamique.

Pour finir, retenons que la RT 12 est toujours en vigueur. Alors que celle-ci se contente de réduire la consommation des équipements, la nouvelle réglementation RT 2020 a pour objectif de supprimer intégralement le gaspillage énergétique, en optant pour une gestion intelligente de la consommation. Aussi, la première concerne l’isolation thermique des bâtiments, tandis que la nouvelle prend également en compte la production d’énergie, ainsi que l’empreinte environnementale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *